Il y a huit ans, à l’époque où le mot «transmédia» a commencé à être utilisé, Jonathan Bélisle a commencé à recueillir ses rêves dans un univers narratif sans limites. «J’ai commencé à écrire l’histoire d’une jeune fille nommée Oremia qui rêvait à des baleines géantes. Il n’y avait rien de structuré. La plupart du temps il ne s’agissait que d’une agrégation d’idées aléatoires avec les mêmes personnages. Je sentais que le matériel de mes rêves m’indiquait une série de chemins narratifs intéressants. Pendant ce temps, j’ai créer une série de spectacles intimes qui ont utilisé les réseaux, les installations physiques et les médias pour créer des événements immersifs où le public se sentait pris au piège, mais heureux de rester dans le monde que j’avais créé « .

«Je voulais créer un récit accessible à pied, une expérience de la narration qui serait reliée à des projections architecturales faites avec des projecteurs vidéo sensibles aux comportements humains et aux contenus des médias dans le nuage», dit Jonathan dit à propos des événements en direct. Le monde d’Oremia à inspiré plusieurs projets multimédias au cours des huit dernières années, l’amenant à collaborer avec divers artistes dans le domaine du théâtre, de l’illustration, de la musique et de la technologie. « Wuxia est devenu un outil, une façon de voir le monde, une façon de présenter ma vision du monde. »

L’histoire étant née de ses rêves, l’approche omnicanal, connectée et transmédia (se concentrant sur la construction d’un monde plus profond, plus narratif) lui va comme un gant. Après que sa société SAGA ait reçu des fonds pour élaborer une plate-forme qui permet à ses collaborateurs de créer des environnements programmables, Jonathan a commencé sérieusement « essayer de comprendre comment les connecter à ses rêves. Et j’ai gardé l’idée de créer des projections interactives dans l’espace physique qui n’isolerait pas les utilisateurs les uns des autres « .

Aujourd’hui, les dernières tentatives de Jonathan pour rassembler les gens dans ce monde onirique se manifestent à travers Wuxia le renard (vous vous souviendrez peut-être de sa campagne Kickstarter financé avec succès en mai 2014), une expérience de réalité augmentée par la narration orale. Un livre d’illustration imprimée sur du vrai papier accompagné d’une application iPad qui interagit avec vous pendant que vous lisez.

C’est un retour à l’oralité ! L’histoire s’adapte à l’atmosphère créée par les conteurs. Jonathan appelle cette ramification de la narration non-linéaire un « dialogue réflexif, » construit autour des inflections et interactions pour la plupart inconscientes des lecteurs. Grâce à des indices dans le rythme, la cadence, et les flux émotionnels de la voix du lecteur, par exemple, l’application iPad fait entendre des trames musicales, des effets sonores, des cinématiques et des scènes interactives. L’application enregistre certains gestes et les changements physiques reliés à lecture du livre de contes (qui comprend des puzzles musicaux et une sorte de jeu de table), de sorte que les « symboles et les gestes (qui ont précédé les mots lus) et forment une langue qui aide à connecter avec notre soi profond et ses métaphores cachées et ainsi nous fait découvrir les récits brisés qui nous empêchent de grandir ou nous font craindre certains chemins de la vie « .

De l’histoire à sa conception, Wuxia met l’emphase sur les causalités du monde physique et leurs liens avec le langage.

 

Empruntant à un autre aspect de la tradition orale », le récit lui-même dépend de la volonté du lecteur et il implique toujours une tournure inattendue. Les lecteurs peuvent arrêter de lire quand ils le veulent et faire une pause dans l’histoire. Mais quand ils reviennent, ils se rendent compte que la pause a induit une série d’événements liés à la manière de lire lecteur et des prochaines actions des auditeurs « . En faisant de l’intuition humaine le point central à la fois de la narration et de la technologie derrière Wuxia, Jonathan espère que l’expérience permettra  « aux enfants et aux parents de prendre conscience qu’aucune histoire n’est juste une histoire. La prophétie est réelle si vous pensez qu’elle est réelle et la réalité est un consensus établie entre un lecteur et un auditeur. « 

De l’histoire à la conception, Wuxia met l’emphase sur les causalités du monde physique et leurs liens avec le langage. « Les conditions climatiques évoluent rapidement.  L’histoire se forme à travers les cosmologies et mythes des cultures indigènes et  s’organise autour d’aspects clés de leur lutte pour leurs territoires», explique Jonathan. « Beaucoup d’anthropologues et de chercheurs sur l’ethnosphère ont rendu compte que le nombre de cultures et de langues qui disparaissent de la surface de la terre a coïncidé avec la disparition de certaines espèces et écosystèmes naturels. »

Le monde de la Wuxia, par conséquent, est à propos de l’expérience de la perte. Dans l’histoire, les êtres humains sont en train de perdre rapidement leur capacité de rêver après que les baleines aient commencé à migrer à Jupiter en raison du changement climatique. Mais Oremia, une fillette de huit ans, rêve encore. Elle rêve nuit après nuit des baleines chassées de leurs maisons en raison de la négligence humaine. En faisant équipe avec une bande de puissants alliés animaux, y compris un renard télépathique nommé Wuxia, Oremia parcourt le globe à la recherche d’une baleine à bosse légendaire.

Mais Wuxia n’est pas seulement une vision sombre des êtres humains répondant pour tout le mal qu’ils ont infligées à la mère nature. C’est aussi une critique du progrès technologique et de son utilisation abusive, immature et irresponsable. «Je suis devenu obsédé par les machines étonnantes du CERN, comme l’accélérateur de particules, et tombé en détresse en voyant les projets de géo-ingénierie annoncées pour faire contrepoids aux écosystèmes naturels incapacités à soutenir notre présence», explique Jonathan. L’incertitude qu’il ressentait sur ces sortes de solutions au problème climatique est manifeste dans Wuxia et est présenté comme l’un des principaux antagonistes de l’histoire. Le Junning, une tribu de machines / cyborgs, se rebelle contre les humains afin de protéger la terre, cherchant un contrôle total sur leurs rêves et organismes afin de mettre un terme à la destruction de l’humanité.

«Je veux que les gens réfléchissent aux rêves qu’ils produisent. »

À bien des égards, les contes de Wuxia le renard vise à utiliser les technologies mêmes qu’il critique afin de « favoriser un retour de l’oralité et la présence locale en créant des jeux éducatifs et des arts orienté vers les rencontres relationnelles et dialogique dans le monde réel « .

Contrairement à beaucoup d’autres projets impliquant les enfants et les iPads, « l’intention principale derrière l’expérience de la narration de Wuxia est d’enseigner aux enfants comment éviter l’asservissement technologique et d’apprendre des moyens créatifs et perturbateurs pour l’utiliser et la contrôler. » C’est pourquoi, explique Jonathan, Wuxia se concentre principalement sur les interactions tactiles et les révélations inconscientes d’un paysage de rêve. « Les enfants découvrent le monde principalement par les jeux de rôles et les interactions gestuelles jusqu’à ce qu’ils développent pleinement un langage structuré. Ils utilisent leurs mains pour interpréter la réalité et exprimer ce qu’ils ressentent dans les interactions physiques avec les environnements et les objets qui les entourent, » dit-il. «Je voulais que l’application iPad se connecte à cette expérience de croissance de l’enfant, et qu’elle parvienne à s’y adapter. »

Bien que l’histoire n’a pas été écrit avec un groupe d’âge précis à l’esprit, Jonathan a spécifiquement conçu l’application de «communiquer mon rêve à autant d’enfants que possible, afin qu’ils puissent découvrir les métaphores cachés en eux et aider l’humanité à se re-synchroniser à la nature. » Comme un outil d’apprentissage, il espère que «l’expérience de narrateur plongera le lecteur dans un état de conscience qui activera des compétences dormantes. Les aspects musicaux et symboliques de l’application iPad cherchent à induire un état d’esprit mystique et réflexive pour les adultes et les enfants. Les composantes physiques de l’expérience (le livre et jeu de société avec des tuiles de bois) eux sont liés au jeu et à la mémoire « .

Mais d’abord et avant tout, Jonathan veut que Wuxia le renard soit une aire de jeux. «Je veux que l’expérience de Wuxia soit vécu comme un espace partagé, persistent et immédiat. Je veux qu’il accentue la relation que nous avons tous avec la mère terre. Et je veux que les gens réfléchissent aux rêves qu’ils produisent», dit-il.

Wuxia co-produit par SAGA et TFO, à fait ses débuts sous forme de prototype développé en utilisant la plate-forme ioTheatre lors de l’évènement Future of Storytelling en Octobre 2014 à New York.  Jonathan prévoit d’utiliser un ensemble d’installation de lectures similaire à travers différentes villes en 2015-2017.

Vous pouvez également pré-commander le premier chapitre de l’aventure (le livre de contes, application iPad et autres objets physiques) prévu pour une sortie en Décembre 2014.